Un trop plein, trop de questions, questions d’avenir

 

J’AI ENVIE 

 

Je ne sais jamais comment je dois et peux commencer mes articles « journal intime ». Par où commencer, par quoi débuter. Alors je repousse ce moment jusqu’à cette instant où ce n’est plus possible. Il faut que je vide mon petit baluchon.


Il est 18h28, la nuit tombe et je me retrouve seule dans le noir. Je regarde vite fait par la fenêtre, il y’a du vent, un peu, et il a de la pluie aussi. Alors voilà depuis quelques jours je me pose mal de questions sur mon avenir, mes études, moi plus tard, dans le futur. Voilà c’est dit. En fait c’était comme un pansement, il faut le retirer d’un coup sec. Et je ne sais pas, je ne sais plus. Pourtant j’aime ce que je fais, la Psychologie, mes cours, ce que j’apprend car il y a tant de choses que l’on ignore. Et puis ça m’intéresse vraiment. Mais est-ce que je me vois toujours faire cela ? Ou alors je me pose toutes ces questions car je me rapproche de plus en plus de mon objectif et que cela m’effraie ? Ou alors je ne m’en sens pas capable ? Je doute oui mais soyez franc, qui n’a jamais douté ? Je veux bien le remède. Alors me voilà perdue plus que jamais. Je n’ai pas envie de me réveiller un matin et ne pas aimer ce que je fais. Je n’ai envie d’avoir besoin d’un coup de pied au cul chaque matin pour aller au travail. Je veux me réveiller, me lever et aller bien.

 

Alors voilà, depuis quelques jours tout ce bouscule dans ma tête mais rien n’en sort. Que du vent. Un peu de vent et beaucoup de brouillard. Un peu comme le temps aujourd’hui : orageux.  J’ai l’impression d’être une bombe à retardement, d’être secouer parmi tous ces doutes et questions. L’orage va bientôt éclater.

 

Et si j’arrêtais ? Et si je laissais tout tomber ? Serait-ce la fin du monde ? De mon monde ? Peut-être pas après tout, si je rebondi aussi vite que j’ai pu le faire auparavant. Mais pour faire quoi hein ? Je sais pas.

 

Je me rend compte que grâce à ce blog j’ai pu découvrir plein de choses. Mon goût pour la photo, cette envie de faire de nouvelles choses, de créer. Et puis l’écriture, celle qui me suit depuis toujours et qui s’exprime pour moi. J’aime écrire, ici, dans mes carnets, sur des feuilles volantes. J’aime créer ici et là, réfléchir à des mises en scènes, des futurs photos, penser à des thématiques. Grâce à ce blog j’ai beaucoup appris sur moi et les autres. J’ai envie de magie. J’aime ce sentiment d’insécurité que je ressens au moment de cliquer sur « publier ». Rien est sur. Jamais. On ne peut pas prédire les réactions, vos réactions par rapport à un sujet en particulier. J’ai envie d’écrire, de créer, de produire et de rester moi. J’ai envie de m’améliorer, d’apprendre pourquoi pas la photo , le dessins, qui sait. Mais est-ce une passade ? Est-ce judicieux ? Raisonnable ? Tant de question qui me paralysent. J’ai envie d’aller voir ailleurs comment c’est. Plein d’envies, de doutes. On est loin de la magie dont j’ai envie.

 

C’est difficile de faire un choix. J’ai le sentiment de me retrouver quelques années en arrière. Le choix post bac ! Alors oui je suis jeune mais j’aime pas ne pas savoir. J’aimerais savoir et être sur mais rien ne l’est. Rien n’est figer, ancré ou même graver. J’ai l’impression d’être instable, de ne jamais savoir ce que je veux. Et puis, personne ne peut savoir pour moi.

 

Voilà, j’avais besoin de poser des mots, d’écrire mes doutes et questionnement. Je ne pense pas être la seule dans ce cas là, on est tous, au moins une fois, passé par là. Alors si jamais vous avez des conseils, astuces, un peu de courage et de motivaient en stock je suis preneuse. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve mais celui ci m’a toujours effrayé. Mais ça, on en parlera plus tard. Il est déjà 19h54

3 thoughts on “Un trop plein, trop de questions, questions d’avenir

  1. Ce qui ne serait pas normal serait d’être absolument certaine de tous tes choix. J’ai eu un parcours « atypique » en commençant par une fac de droit, puis en se rendant compte en deuxième année (et apres avoir redoublé donc 3ans apres le bac) que je m’embarquais dans quelque chose sans voir l’issue… j’ai écouté mon instinct et surtout mon envie de m’orienter vers l’immobilier (au grand désespoir de ma mère) ca m’a énormément plu, je me suis découverte une « fibre commerciale » que je ne soupçonnais pas, et c’est ce BTS qui m’a permis de m’orienter vers mon métier (et passion) d’aujourd’hui : conseillère en banque. Je ne te dis pas du tout que mon parcours est exemplaire, au contraire, mais c’est juste que même si sur le coup j’avais peur de regretter mes choix finalement c’est ce qui fait qu’aujourdhui j’adore mon quotidien, donc fonce vers tes envies !

    1. Merci beaucoup de m’avoir partagé ton parcours. Ça me rassure et je me sens moins seule dans ce cas là. Je n’ai pas envie d’avoir de regret plus tard alors autant foncé et tenter le tout afin de faire ce qu’on aime. Merci encore et je compte bien foncer vers mes envies ! Bisous ma belle !

Laisser un commentaire