Des mots, une photo, mon âme

Récemment je vous parlais de mon insomnie et de ce moment qui au départ était anodin mais qui par la suite fut bien plus que ça. Vous pouvez le retrouvez juste ici. L’écrire n’avait pas grand but, j’avais simplement envie de poser des mots la dessus. Juste écrire. Et c’est aussi ce que j’avais envie de faire aujourd’hui : écrire

Il y a quelques mois, j’ai reçu un message accompagné d’une photo. C’était un portrait de moi. Le 20 Avril à 00h00 exactement. Je ne m’y attendais pas du tout. J’ai ouvert et ça a donné ça : 

« Coucou ma petite Clara,
Je tenais à t’envoyer cet édit noir et blanc de ce portrait que j’ai de toi. Je suis fier de cette photo, je trouve ton regard exceptionnel, car il semble laisser apparaitre ton âme. Cette photo je la trouve pure et vraie, et c’est ce que j’aime photographier.
Tu ne l’aimeras peut-être pas, mais sache qu’à titre personnel, il s’agit d’une de mes photos préférées of all time. »

 
Un simple message ? Oui surement. Je ne pense pas qu’en envoyant ce message cette personne se douterait de l’effet que ses mots auraient sur moi. En fait, on ne se rend jamais bien compte de l’impact que nos mots peuvent avoir sur autrui. Que ce soit positif ou négatif, ça reste flou. On se dit qu’on ne touchera pas car oui, après tout ça ne sont que des mots pas vrai ? Donc ça ne fait rien. C’est un peu comme un coup de vent, ça passe et on oublie. En réalité c’est tout le contraire. Ça ne passe pas et on est bien loin d’oublier, même si parfois on ne dirait pas non à une petite perte de mémoire. Nos mots tout comme nos gestes peuvent autant blesser que réconforter. Et même si parfois ça coûte, il est bon de dire les choses, surtout lorsque celles-ci sont valorisantes. Ça peut faire du bien. Comme ce soir là. J’étais bien, un peu perturbée mais bien et un peu rassurée. Même si ça ne dure jamais bien longtemps. On ne dit jamais non à un peu de répit.
Perturbée car je ne m’y attendais pas. J’ai été ému. De simple mots « ll semble laisser apparaitre ton âme » et c’est là que tout a pris son sens. 

 Mon âme.

J’ai toujours cru que je n’en avais pas, que j’étais simplement un corps et puis c’est tout. Un simple objet que l’on prend puis que l’on jette lorsque celui-ci est défectueux. Un rien, au mieux une saleté. Un truc dénué de sentiments et d’émotions. C’est toujours ce que j’ai pensé de moi, et ce qu’on me renvoyait comme image. Tu n’es rien et tu n’existes pas. L’envie de prendre le large et de courir aussi vite et loin que possible. Après tout, je ne ressens rien pas vrai ? Donc si je ne ressens aucun affect, je suis quoi ? Vide. Vide de tout, de sens et d’émotions. Ne pleure pas tu n’as pas le droit car tu ne ressens rien. Tu ne mérites pas. Contiens toi et ne craques pas. Tu ne mérites pas. Tu ne mérites pas car tu es fautive alors bien fait. 
Alors qu’en réalité, comme eux, comme vous, je ressens. Peut-être différemment mais n’empêche que je ressens aussi. Quand j’ai lu ces quelques lignes, je m’attendais à tout sauf à cela. La vie suivait son cour et j’étais conditionnée à être considéré comme tel, rien. 
Un message, et des mots qui te rappellent à l’ordre. Des mots comme « pure » qui fond écho en toi. Et là, toutes les alarmes résonnent en toi. Tu n’es peut-être pas si sale que ça en réalité, si ? Peut-être que tu as assez payé comme ça ? Peut-être qu’ils avaient tort et que tu possèdes bien une âme. Que derrière se cache quelqu’un. Toi. Des peut-être mais accompagné d’espoir. Et comme on dit si bien et si souvent « l’espoir fait vivre » pas vrai ? 
Je me suis penchée de nombreuses fois sur cette article suite à ce message. Mon âme. Sans jamais aller jusqu’au bout, j’écrivais puis effaçais et la plupart du temps je restais là, incapable d’écrire. L’envie d’écrire sans trop en dire, ne pas savoir puis se censurer.

Le portrait.

La photo en question est celle que vous voyez au début de cet article. Je l’aime beaucoup. Je n’y vois pas mon âme ni de pureté mais j’aime sa tonalité. Mon regard parait dur, méprisant et en colère. C’est exactement ça. D’autres verront autre chose et je serais curieuse de savoir alors dites le moi. Chacun sa perception des choses. Il n’y a pas d’erreur possible puisqu’aucune réponse n’est attendu. Elle est en noir et blanc. J’ai toujours eu un faible pour ce genre de photos. C’est un autre style que la couleur et ça dit beaucoup plus de chose je trouve. Les gens mentent, nos mots mentent aussi et nos gestes nous trahissent. Seul le regard dit tout de nous.

Cette photo provient du premier shooting que je faisais après mon absence de quelques semaines. C’est surement pour cela qu’il l’aime temps (le photographe). Et c’est aussi surement pour ça qu’il a su capturer ce moment. J’étais à vif.

Des mots.

Tout ça pour quoi ? Pas grand chose comme la plupart du temps. Simplement, j’ai envie de mettre l’accent sur des petits moments, des mots, un geste qui m’ont fait écho. Ne pas oublier. Me prouver et montrer qu’il y a du bon un peu dans tout. Il suffit juste de bien chercher. Même en vous il y a du bon.

Vous savez, les autres voient en vous ce que vous n’êtes pas capable de voir. Vos qualités. Il est toujours plus facile pour nous de nous dévaloriser plutôt que de nous mettre en avant. Par pudeur, honte ou manque de confiance en soi. Mais aussi car on ne sait pas. On est toujours en train de se remettre en question et de douter de nous. Pour les autres, c’est différent, on sait. Mais lorsque les projecteurs sont pointés sur nous, ça devient beaucoup plus compliqué. On sera toujours plus dur avec nous même, plus exigeant. C’est la nature.

Je pense que derrière ça se cache également une chose importante. Dire les choses. C’est pas toujours facile et puis souvent on se dit que l’autre va s’en foutre ou alors que c’est ridicule. Peut-être que oui ou alors non, mais quand bien même. Il n’y a aucun risque et vous ne perdez rien à dire aux gens qui vous entour, pourquoi vous les aimez tant. Pour vous c’est surement de simple mots mais pour les autres c’est bien plus. C’est comme si vous leur tendiez la main. Vous leur signifiez que vous êtes là, qu’ils comptent et qu’ils existent. C’est important de compter pour autrui. 

Merci.

Merci à toi pour tes mots. J’espère que tu ne m’en voudras pas de les avoir déposé ici. Merci à vous de me lire même si parfois et trop souvent ça n’a pas grande importance et que c’est un peu du grand n’importe quoi. Et merci à eux, mi familia. 

 

Et vous, un petit moment ou petite victoire que vous aimeriez partager ? 

 

Bisous pamplemousses ! 

2 Comments

  1. Encore un article très beau et très touchant! J’aime encore une fois beaucoup le message que tu fais passer, et en tant que lectrice, je perçois ton âme aussi à travers tes articles. La photo est sublime!

Laisser un commentaire