Prendre le risque de réussir ? Je suis perdue, instable et flou

Prendre le risque de réussir. 

 

Je ne sais jamais par où commencer. Je suis là dans mon plaid, l’ordi sur les genoux, devant un film. Ce matin en discutant avec une amie, j’ai eu envie de parler librement. Reprendre ce petit journal intime qui me fait tant de bien et écrire.

En ce moment je suis une chose : perdue.

J’ai l’impression d’avancer à reculons. Pourtant je pensais que ce petit moment d’absence, ces quelques jours où je n’ai pu me recentrer que sur moi allaient suffire. Mais en réalité je me rend compte que le chemin à parcourir sera encore plus long et plus dur que ce que je pensais. Comprendre, réaliser et accepter. Voilà ce qui est dur. Certaines choses sont facile à réaliser mais en revanche, elles sont beaucoup moins acceptable. C’est cette phase la plus compliquée je pense, enfin pour moi. 

Ma tête est comme constamment en pleine réflexion. Toujours en train d’essayer de remettre les choses à leur place, à essayer de comprendre, de faire des liens. C’est ce bourdonnement incessant qui m’empêche d’avoir les idées claires. 

Changement, l’orientation, le futur : être adulte.

Il y a quelques mois de cela, je vous parlais d’un trop plein, trop de questions, questions d’avenir. Je vous disais ne pas avoir envie de me lever un matin et ne pas aimer ce que je fais. Je vous disais vouloir de la magie et envisageait d’arrêter. Une chose est sur, j’arrête la psychologie. Dans cette article je disais aussi que ce bébé blog m’avait permise d’y voir plus claire. De me rendre compte que j’avais laissé ce côté créatif que j’aimais tant, mais qu’ici je le retrouve. Et c’est ça qui me fait vibrer. Et la magie ? J’en veux toujours autant, si ce n’est plus ! 

Du coup je suis allée voir une conseillère d’orientation, j’en ai parlé autour de moi et tous m’ont dit la même chose : fonce. Alors je me suis permise de rêver et d’y croire. En sortant de la conseillère d’orientation, j’avais une liste complète de licence et de master qui correspondaient à mon projet. J’étais remontée à bloc, j’avais envie, j’étais motivée tout simplement : je voulais. 

Vous vous dites, « mais c’est quoi son problème ? Pleins de gens galèrent à trouver ce qu’ils veulent faire et elle, elle a tout pour mais ne bouge pas son cul ». Ouais je sais, j’me dis exactement la même chose.. Pathétique. 

Je suis perdue, j’y arrive pas.

Mais voila, je n’ai pas touché à cette liste. Elle m’effraie. Pourtant je la trimballe toujours avec moi, au cas où un jour par miracle j’aurais les couilles de regarder et de chercher. En fait j’ai peur, peur qu’une seconde fois, ça échoue. J’avais un projet, tout était tracé dans ma tête. C’était logique et limpide. Mais j’me suis cassée la gueule et depuis j’ai du mal à me voir dans l’avenir, à demain, dans le futur. Avant j’y arrivais, j’aimais tant ce que j’y voyais. Mais aujourd’hui tout à changé, c’est flou. Je crains d’y croire, de m’y voir et puis de tomber. Cependant si je ne fais rien, ce qui est certain c’est que je ne tomberais pas car je n’essaie pas. Alors pourquoi pas prendre le risque de réussir ? Se lancer et on verra bien, ça peut marcher. Et puis au moins j’aurais essayé pas vrai ? 

Electron libre.

Alors oui il faut que je me bouge que je m’y mette. Mais pour les bonnes raisons. Pour moi et non pour les autres, ni parce qu’on me le demande ou parce qu’il faut.  Pour moi. Je ne suis pas contre les mauvais choix, nombreux sont ceux que j’ai fait, mais je suis pour les mauvais choix réfléchis. Oui oui ça existe. J’ai besoin de me sentir investi, concernée et motivée. Sans ça, il est peut probable que ça marche. Demain je le serais peut-être. C’est bien ça qui m’insupporte. Un jour oui et l’autre non. Cette instabilité dont je fais preuve en ce moment. Je ne me reconnais pas dans ça, dans cette attitude d’électron libre. 

J’aimerais que les choses soient plus simple, plus limpide, juste un peu. On verra bien demain. Demain est un autre jour après tout. On verra. Il faut parfois laisser le temps au temps. Mais avant, être égoïste semble important. Penser à soi et faire les choses pour soi. 

 

B E L I E V E

9 thoughts on “Prendre le risque de réussir ? Je suis perdue, instable et flou

  1. Tes mots sont vraiment bien choisis et font réfléchir. Je suis convaincue que le temps permet d’y voir plus clair dans toute cette confusion qu’est le futur. Mais peut-être que si tu as « échoué » c’est que ce n’était pas fait pour toi… Je me demande toujours si un échec est vraiment un échec, dans la mesure où il permet de rebondir mais il est clair qu’il est nécessaire aujourd’hui de prendre son temps…
    Courage !

    1. Oh merci Zoé, ça me touche énormément. Je n’ai pas échoué, enfin pas moi mais le projet et c’était contre ma volonté.
      Un échec peut en être un oui. Parfois on rebondit mais si cela dépend des conditions et des faits.

      Merci d’avoir pris le temps de répondre. Bisous à toi !

  2. Superbe article mon chat… Je suis à fond derrière toi peu importe ce que tes choix !! Et tout s’éclairera un jour, tu verras le chemin que tu as parcouru et tu seras fière de toi ❤️

    Je t’embrasse fort

  3. Coucou
    Je me retrouve exactement dans ce que tu dis… Vraiment, mot pour mot. C’est une période pas facile, une « parenthèse » fatiguante psychologiquement. Jespere que cela se débloquera. Bon courage

  4. Coucou! Je suis encore jeune, mais si il y a une chose que j’ai appris avec le temps c’est de suivre mon instinct, suivre mon cœur sans essayer de trop me poser de questions (plus facile à dire qu’à faire). Peut être vois-tu ta première expérience comme un échec, mais peut être que celle-ci t’as permis de te rendre compte que tu voulais faire quelque chose d’autres. Je vois ça un peu comme un mal pour un bien. Je peux comprendre que ça soit dure de reprendre, mais comme tu le dis , si tu n’essaies pas tu ne peux pas savoir. Et puis, une expérience en plus, qu’elle soit un succès, ou une défaite, ça ne fera que t’apporter quelque chose de nouveau, quelque chose en plus. Cependant il faut tout de même que tu sois prête à te lancer. J’espère que tout cela s’éclairera pour toi bientôt! Bisous :* <3

    1. Coucou Pauline 🙂

      En fait l’échec n’était pas directement lié à moi mais plutôt au aléa de la vie. Je n’ai pas échoué par manque d’envie ou de passion, mais car je n’ai pas eu le choix. C’est là qu’est la grande différence. J’aurais aimé croire que ce n’était pas fait pour moi mais aujourd’hui’ encore je n’arrive pas à m’y faire.
      Je suis aussi d’avis que chaque expérience comptes et nous apportent quelques choses en retour. Comme tu dis il faut avant motu que je me sente prête, sinon je ne donnerais pas tout.

      Merci ma belle, toujours aussi présente. Des bisous <3

Laisser un commentaire